Introduction

J’aime observer les surfeurs qui se positionnent sur la zone de déferlement, pour choisir les vagues. C’est un spectacle dynamique et intense. Comme le surfeur, le manager ou le gestionnaire, se prépare pour relever les défis incessants et croissants que l’entreprise lui confie.

Je vous propose de considérer comment le codéveloppement peut être un outil intéressant pour soutenir des décideurs?

Nous allons décrire la situation de certains managers, puis nous considérerons comment le codéveloppement professionnel pourrait les aider.

Dans cet article, nous utiliserons les mots managers, gestionnaires, décideurs, leaders, de façon équivalente. Il s’agit des responsables de défis et d’équipes de travail, internes ou externes, locales, régionales ou internationales. Qu’ont-ils en commun?

Situations des managers :

Les leaders, qu’ils soient gestionnaires ou managers, sont habitués à composer avec des facteurs anxiogènes. Parmi ceux-ci, citons les actions contradictoires, la surcharge de travail, le poids de la hiérarchie, la gestion des équipes, le manque de ressources, un environnement changeant, des échéances serrées, etc. Les réunions s’enchaînent et le gestionnaire peut ressentir de la difficulté à «prendre le temps nécessaire» à chaque dossier ou situation.

Il est de notoriété que les surfeurs sont entrainés pour pratiquer leur sport. En effet, ils apprennent à observer les vagues, à apprécier les courants, à choisir les pics des vagues, à adopter une position stratégique, tout en gardant le regard sur l’horizon, pour être au meilleur endroit. Les surfeurs travaillent en équipe ou au moins avec une autre personne. Ils utilisent aussi des gilets gonflables, des outils tractés, s’ils abordent des vagues géantes.

Or, dans mon expérience, j’observe que les décideurs «surfent sur les vagues de l’entreprise» et n’ont pas suffisamment le temps de réfléchir. Ils sont sur «pilote automatique» dans une effervescence rythmée d’actions à poser. Certains estiment qu’ils vont être en mesure de gérer la situation seuls et s’isolent avec le poids des décisions à prendre. Face à des échéances à respecter, les managers répercutent parfois le stress sur leurs équipes. Au fil du temps, leur situation est difficile à gérer.

A l’instar du surfeur qui se prépare pour prendre les vagues, les managers sont amenés à réfléchir vite. La réflexion permet de prendre en compte plusieurs options, de les évaluer et de choisir en pleine conscience, le choix qui semble le plus approprié. Or le cadre de travail, ne prévoit parfois pas le calme et le temps nécessaires pour réfléchir. Comment faire alors pour dégager cet espace de réflexion? Comment s’inspirer des surfeurs qui ont un coéquipier pour leur venir en aide ? Comment conserver l’œil sur la ligne d’horizon tout en travaillant sous pression ?

Le codéveloppement, un outil performant pour les responsables

En me basant sur mon expérience d’animatrice de codéveloppement professionnel, j’ai observé combien le codéveloppement peut être utile aux managers. Le codéveloppement professionnel est une formation qui s’appuie sur les interactions entre les participants et leurs partages d’expériences, dans un climat de bienveillance. Le modèle développé par Adrien Payette et Claude Champagne offre une structure de conversations qui permet d’exposer une situation problématique, de la clarifier avec les participants, de formuler une demande précise, puis de rechercher des solutions possibles et de retenir un plan d’action. De plus, le codéveloppement encourage le regard réflexif sur la situation. C’est comme si on observe les surfeurs depuis la plage, avec une vue panoramique. Le tout se fait dans le respect des participants, avec authenticité et confidentialité. C’est un espace où l’on ose s’exposer, pour recevoir en retour le soutien des participants. C’est un moment privilégié, pour faire une pause pour mieux se positionner et avancer. C’est un réseau de pairs qui va sortir les managers de leur isolement. C’est un lieu, où l’on appréciera le chemin parcouru, où le gestionnaire prendra une bonne bouffée d’air frais, afin de bien gérer sa vague actuelle et les suivantes.

Si je me fie sur les témoignages des participants aux groupes de codéveloppement, les bénéfices de ces rencontres sont nettement plus importants que leurs inconvénients. Parmi les inconvénients, l’éloignement géographique peut être un obstacle. C’est donc pour cela que les groupes de codéveloppement peuvent aussi s’offrir en virtuel. Le format est donc révisé pour s’adapter à ce support.

Ces réunions d’environ deux heures, une fois par mois, jouent plusieurs rôles pour les managers. Il s’agit d’une formation à part entière, puisque des apprentissages sont réalisés.

Le coffre à outils

Un formateur ou animateur de groupe de codéveloppement membre de l’Association québécoise de codéveloppement est en mesure d’avoir les compétences pour coacher les animateurs internes ou pour animer les réunions de codéveloppement.

Conclusion

Une formation qui permet de prendre du recul, de valider sa pratique, de solliciter le regard de ses pairs, de tisser des liens solides entre les participants est un investissement qui vaut son pesant d’or ! 

Références et sources bibliographiques

https://www.aqcp.org/

Payette, A., & Champagne, C. (2010). Le groupe de codéveloppement professionnel. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Sabourin, N., Lefebvre, F. (2017). Collaborer et agir mieux et autrement. Guide pratique pour implanter des groupes de codéveloppement professionnel. Editions Sabourin Lefebvre. (210).

St-Onge, S., Prost, C. (2018). Le codéveloppement: former et apprendre en misant sur l’intelligence collective. Guide et outils pour accompagner les formateurs et apprenants. Editions JFG. (45). 

Photo: Pixabay.com

CAPSULE VITAMINÉE

«Essayer d’être un arc-en-ciel dans le nuage de quelqu’un.»

Maya Angelou

Participez à un prochain groupe
de codéveloppement professionnel !

Martine Chanier, M.B.A.
Conseillère en management des entreprises
Animatrice et formatrice de groupe de codéveloppement professionnel
www.agora-ressources.com